fbpx

DNVB

Les Digital Native Vertical Brands

La vente directe est au cœur du succès de DNVB. Ce modèle permet d’économiser sur les coûts de distribution et donc de réinvestir massivement dans un marketing digital intelligent. Mais ce n’est pas tout. En rayonnant sur un spectre international, les DNVB peuvent également développer une offre clivante mais irrésistible pour une cible donnée.

Pierre Guimard, Keley Consulting

Face à des consommateurs en quête d'expériences, de transparence, et de personnalisation, les Digital Native Vertical Brands (DNVB) semblent avoir tout compris pour les séduire

Floriane Salgues

〉produit différenciant, livraison et packaging habiles, clients / ambassadeurs fiers de soutenir la marque, expérience client à 360 ° (Maddyness)

Elles sont verticales : souvent une seule gamme de produit avec un positionnement fort; elles couvrent et contrôlent toute la chaîne de valeur de la production à la distribution, ce qui leur donne l’avantage de pouvoir tester et itérer en temps réel avec les retours de leurs clients

Co-Marketing News

La plupart des DNVB sont nées avec l'envie de se passer d'intermédiaires que ce soit pour l'achat des matières premières ou pour la commercialisation. Le contrôle de l'ensemble de la chaîne de valeurs leur permet d'offrir des produits de meilleure qualité à des prix plus justes.

Sébastien Tortu

Verticalement intégrées et ayant placé l’expérience client au cœur de leur stratégie, ces DNVB sont à la fois une source de disruption et d’inspiration pour les acteurs traditionnels

L’arrivée de “Digital Native Vertical Brands” (DNVB) est ce qui a permi aujourd’hui de multiplier ces offres de commerce social. Ces fameuses marques se sont créées en mode direct-to-consumer, en mode pure-player, sans autre choix que de vendre en ligne. Ces DNVB ont démocratisé le social commerce et ont conduit à une évolution de notre comportement, les consommateurs acceptant et même sollicitant désormais le social commerce (CB News 08 Janvier 2020)

D’après les chiffres de la Fevad (Fédéréation du e-commerce et de la vente à distance), au troisième trimestre 2019, il y avait 40,5 millions de « cyberacheteurs » en France, soit 1,7 million environ de plus que sur la même période un an plus tôt (progression de 4 %).

0 %

des internautes ont déjà effectué un achat en ligne (Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie)

développement

Les investisseurs misent de plus en plus sur ces start-up de plus en plus  à l’image d’Alven et 360 Capital Partners. Certains fonds en ont même fait leur thèse d’investissement, à l’instar d’Eutopia, qui annonce ce lundi 21 octobre avoir bouclé un premier closing de 50 millions d’euros pour son nouveau fonds dédié au sujet. (Les Echos Entrepreneurs)

Les chiffres impressionnent. En 4 ans, le vendeur de matelas Casper a généré 600 millions de dollars de CA, tandis que Sézane a dépassé un million de followers sur Instagram en France. Non contents de bousculer les géants du web, ils attirent les investisseurs par leurs courbes de croissance rapide… et leur nouveauté. (Hello Open World)

0 $
montant du rachat de "Dollar Shave Club" par Unilever
0 $
valorisation de la marque DNVB américaine de beauté "Glossier" selon "Pitchbook"
0 $
montant du rachat de la marque de beauté DNVB américaine "Drunk Elephant" par Shiseido

Les investisseurs du secteur misent (...) plus massivement sur les rachats industriels, par des grands groupes ayant besoin de ces jeunes marques pour retrouver le lien avec leurs clients. « Notre thèse est basée sur le fait que les grands groupes ont remplacé la recherche et le développement par des acquisitions

Antoine Fine (Eutopia)

On compte déjà quelques « licornes » parmi les marques cosmétiques digitales, et nombre d’entre elles réalisent un chiffre d’affaires de plusieurs centaines de millions de dollars quatre à cinq ans seulement après leur lancement. Une fois leur succès établi, elles deviennent une cible idéale pour les groupes de cosmétiques souhaitant étoffer leur portefeuille de marques sur des segments en pleine croissance (par ex. les cosmétiques naturels), avec une réputation déjà établie et des clients fidèles, notamment parmi les générations Y et Z. 

partagez notre article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour haut de page

soyez informés de notre actualité, inscrivez-vous à la newsletter !

Inscrivez-vous à la newsletter !

Inscription à la newsletter Eaux Rares